Les base du marketing

Si vous pensez faire fortune sur Internet, soyez vigilants! Beaucoup vont vous vendre de la formation ou du coaching mais cela ne sera réellement efficace qu’à plusieurs conditions. Je vais en faire un résumé ici.

Le produit

Si votre produit n’est pas intéressant, personne ne l’achètera. Exemple: vous n’aurez aucun mal à vendre un cours de mathématiques pour les lycéens car les parents sont prêts à investir dans ce type de produit. En revanche, vous ne vendrez jamais une méthode pour jouer à la pétanque.

Le produit vendu doit répondre à un besoin. Peu importe la cible, il faut simplement que le produit (cela peut être un service) réponde au besoin du client et que le budget de ce dernier soit compatible avec le prix de vente. Sans quoi, un produit ne se vendra pas.

L’une des façons de voir le produit est de voir ce qu’il apporte, voici des cas d’école avec le produit, son but (la raison pour laquelle on l’achète) suivi d’une rapide explication:

  • Tableau: décorer un appartement (donc il faut des tableaux qui puissent s’intégrer dans un style d’appartement et compatible avec la taille de la pièce — le site de vente aura donc intérêt à permettre à l’internaute de choisir l’environnement).
  • Perceuse: faire un trou dans un mur (donc, il est plus intéressant de vendre le foret que de vanter les qualités de la perceuse — le site de vente d’intéressera au type de mur à percer et au diamètre du trou).
  • Produit alimentaire: apporter du bien-être (donc on ne mettra pas en avant la fabrication ou les ingrédients mais bel et bien l’apport santé du produit via des témoignages)

Les clients

Si on se réfère au tunnel de vente:

  • Un internaute devient un prospect lorsqu’il vous confie son email.
  • Un prospect devient un client au moment où il vous a donné son numéro de carte bleue.

J’aurais dû utiliser l’écriture inclusive car, l’internaute est souvent une femme qui deviendra cliente. Il faut aussi aussi penser que, dans certains cas, le client n’est pas le payeur. Par exemple, le client pour des cours de mathématiques, c’est l’étudiant mais le payeur sera les parents. La difficulté du marketing en ligne est de « convertir » le prospect en client.

Comme nous l’avons vu précédemment, si convertir l’internaute en prospect est une obligation pour qu’il devienne client, l’intérêt est d’avoir des prospects qualifiés. C’est donc sur la transformation de prospect à client qu’il faudra agir. Bien qu’il ne faille pas négliger la première phase, il est parfois utile de limiter le nombre de personnes qui passeront d’internautes à prospect. Car cela n’a qu’un intérêt minimal de qualifier un trop grand nombre de personnes. Par ailleurs, si vous n’arrivez pas à faire décoller vos ventes, c’est peut-être que votre cible est trop large. Ainsi les premiers acheteurs vous donneront une idée du profil que vous devez cibler.

La publicité

Bien que cela semble une bonne idée, il faut savoir que la publicité sur Internet reste chère. Si vous êtes plombier à Epinal, faire de la publicité ciblée sur les mots clés « plombier » et « Epinal » peut-être une bonne stratégie. En tout état de cause, vous avez tout intérêt à qualifier vos prospects et à insérer le maximum de mots clés (quitte à en exclure) afin que l’annonce soit extrêmement ciblée sur vos clients potentiels.

Sur facebook, le fait de pouvoir limiter à une zone géographique et une tranche d’âge, voire à l’appareil utilisé (ordinateur, tablette ou téléphone) peut avoir tout son sens. Là encore, tout dépend du contexte: êtes-vous un commerçant de proximité? un site marchand (VPC uniquement)? Le produit est-il unique?  En répondant à ces questions, vous devriez viser le bon public.

Le SEO

Le SEO (Search Engine Optimization) est toujours d’actualité. Il permet de remplacer efficacement la publicité mais cette technique prend généralement du temps. Gros avantage: les moteurs de recherche vous apportent gratuitement du trafic sur votre site. Pour cela, il y a énormément de techniques mais la plus simple est d’écrire des sujets qui intéressent votre cible. Soit sur votre site, soit dans des forums ou d’autres sites Web.

L’important est souvent de montrer votre expertise et de créer des connexions entre sites (maillage externe) afin d’obtenir auprès de Google (qui a réellement le monopole) une certaine notoriété.

Créer des articles qui font référence à d’autres articles de votre site est également une bonne idée. C’est le maillage interne. Celui-ci permet, entre autre, de retenir l’internaute et l’inciter à lire un autre article de votre site. Chaque article qui retient l’attention de l’internaute fait augmenter votre visibilité sur le long teme.

Si vous avez un site WordPress, je vous conseille d’utiliser le plugin Yoast SEO. Notez que leur site est en anglais mais le plugin est traduit en français. Il vous donnera des conseils pour écrire à la fois des phrases simples et compréhensibles par tous mais vous forcera aussi la main afin d’avoir un bon maillage.

Le copywriting

Rien à voir avec le « copyright »! Ce terme anglais réunit les techniques d’écriture utilisées dans les blogs et qui visent à attirer le futur prospect sur votre site WEB. Ces techniques sont assez nombreuses et regroupent, entre autres, le storytelling, l’articulation de l’argumentation et la longueur des textes.

Le site redacteur.com propose, par exemple, d’écrire pour vous les articles qui « attirent ». Un petit coup d’œil à leur blog et l’inscription à leur lettre de diffusion (journalière) peut vous être utile.

Et c’est tout?

Non! Il s’agissait ici de faire de parler de la connaissance minimale à avoir. Si vous désirez apprendre à vendre sur Internet, je ne saurais trop que vous conseiller de consulter les podcasts de Stan Leloup et les vidéos de Théophile Eliet.

Laisser un commentaire