Une histoire des moteurs de recherche

La folle histoire des moteurs de recherche. Une petite récréation dans le monde de la SEO. De quoi rappeler des souvenirs au plus vieux d’entre nous. Quelques souvenirs…

Au début furent les sites Web

Tout commence dans les années 1995. Il y avait quelques sites Web (de plus en plus) et des moteurs de recherche. L’un des plus connu et des plus utilisés était Yahoo! qui avait une page d’accueil qui a inspiré les créateurs de Google : une page simple, qui se charge rapidement.

En 1995, on en était au début. Microsoft venait de sortir Windows95 (si, si, et 3 ans après Windows98) et les gens avaient des PCs armés de microprocesseurs Intel DX2-66. Autant dire la préhistoire après la mort des dinosaures.

Quand je montrais à ma famille que je pouvais avoir la météo sur mon ordinateur, c’était de grands yeux qui s’ouvraient. À l’époque, le service disponible en France, c’était Compuserve. Pas très standard mais on pouvait utiliser un navigateur. L’un des premiers : Mosaïc ou Navigator (l’ancêtre de Firefox).

Dans tout cela, les sites Web étaient de plus en plus nombreux. Il y avaient d’innombrables pages personnelles hébergés gratuitement et rédigés par des passionnés qui voulaient partager leurs passions. Avec des looks incroyables qu’on ne trouve plus guère aujourd’hui.

Pour ma part, j’étais passionné de video et j’avais créé le site « videotruc.com » qui recevait pas mal de visites et avait vers la fin une page de petites annonces qui fonctionnait merveilleusement bien.

L’apparition des moteurs de recherches

Bref, depuis 1995, j’utilisais essentiellement Yahoo pour mes recherches sur le Web. L’un des gros avantages de ce site de recherche, c’est que les sites étaient répertoriés à la main. Oui, vous avez bien lu: à la main. Les sites étaient catégorisés et une fois son site en place on demandait à Yahoo de le répertorier. À l’époque, on avait quelques milliers de sites et videotruc.com avait reçu une distinction, le plaçant automatiquement en bonne position dans le moteur de recherche le plus utilisé de l’époque.

Du coup, la recherche se faisait essentiellement sur le titre du site plutôt que sur son contenu. Mais, parallèlement à ce référencement manuel, d’autres sites Web aujourd’hui disparus (ou oubliés) avait des robots qui scannaient sans cesse le web pour y trouver de nouveaux sites et indexer toute l’information disponible. Cela fonctionnait passablement bien.

Sauf que certains sites avaient envie d’être très bien référencés (être sur le web commençait à rapporter de l’argent). Souvent, on mettait alors dans des balises des mots-clés qui facilitaient le référencement. Jusqu’à ce que tout le monde en abuse et que les moteurs de recherche en tienne moins compte. La SEO était née: la science de comment apparaître en première position des résultats des moteurs de recherche.

Puis vint Google

En 1998, Google apparaît. Avec une nouvelle idée. Plutôt que d’utiliser l’information contenue dans le site Web, ils vont se servir du nombre de liens entrants sur le site pour calculer la réputation du site. Idée extrêmement simple mais de génie.

C’est ainsi que le monde du SEO a changé : la réputation est devenue le moteur nécessaire pour être bien référencé. Et l’ascension de Google a été proportionnelle à la descente aux enfers des autres moteurs.

En 2003, Yahoo ! a changé sa page d’accueil. D’une page légère et simple, c’était devenu un mastodonte long à charger. En 2003, la bande passante était souvent limitée à 128kb voire 64kb, soit au minimum 10 fois moins qu’aujourd’hui. Les recherches arborescentes ont disparu et Yahoo! a décidé de prendre un autre chemin. Du jour au lendemain, j’étais complètement déçu.

C’est à ce moment-là que j’ai découvert Google et que j’ai retrouvé la simplicité de la page d’accueil de Yahoo. Et je crois ne pas avoir été le seul à suivre cette voie…

Google est devenu l’outil de recherche incontournable. Et, au fil des années, a su le rester. Aujourd’hui, les principaux rivaux est sans doute Yandex (utilisé essentiellement en Russie) et Baidu (pour la Chine).

Prologue

Pour ceux qui voudrait savoir ce qu’il est advenu de mon site videotruc.com, sachez que mes disques durs ont tous cramés suite à un court-circuit dans mon PC. J’ai donc perdu tous les codes sources qui animaient mon site bien-aimé. Depuis, j’en ai fait mon deuil. Je n’ai pas complètement abandonné la vidéo pour autant car je suis membre du Caméra Club de Genève mais également son webmaster, ce qui m’a poussé à créer un site destiné à héberger et maintenir des sites WordPress facilement: celui sur lequel vous êtes en ce moment. Si vous aussi, vous souhaitez créer une site WordPress, n’hésitez-pas à nous rejoindre !

Laisser un commentaire